La politique de transport

0
412
C’est un autobus! / images: Jordan Cooper

C’est un autobus! / images: Jordan Cooper

Les conséquences contre-productives de l’esprit du parti extrême

Article: Alexandra Mortensen – Contributeur 

L’opposition est un principe central à notre système politique. Elle encourage des débats qui créent les meilleures politiques et tiennent les gouvernements responsables. Cependant, il est essentiel que l’objectif de l’opposition soit de résoudre les problèmes de façon pragmatique. L’opposition est nuisible quand elle est basée sur les buts partisans au lieu de la réussite des résultats idéals.

Prenons, par exemple, l’annonce du mois de février du ministère des Autoroutes et de l’Infrastructure concernant la suspension de trois trajets d’autobus offerts par la  Saskatchewan Transportation Company (STC). Quand le parti NPD était au pouvoir durant les années 1990, les chefs ont pris de décisions semblables et ont coupé plusieurs trajets. Cette annonce a été très critiquée. Un membre bien connu des néo-démocrates a dit que le plan représente « l’abandon de la Saskatchewan rurale par le parti de la Saskatchewan ». La coalition Save Our Saskatchewan Crowns a parlé de la décision en disant qu’elle représente « plus de coupures pour la Saskatchewan rurale ». Le journal quotidien de Regina, The Leader Post, a publié la lettre d’une lectrice qui disait que « le gouvernement de la Saskatchewan s’en fiche de ses citoyens ruraux ». En analysant la situation de plus près, ces critiques semblent fondées plutôt sur des alignements politiques que sur de vraies questions de politiques.

Pour évaluer cette décision de manière pratique, il faut considérer que ces trois trajets d’autobus avaient en moyenne moins de deux passagers par trajet au cours des cinq dernières années. De plus, il faut considérer le fait que STC est une corporation de la Couronne qui nécessite plus que dix millions de dollars par an (environ un tiers de ses revenus annuels) en subventions gouvernementales pour fonctionner. Il n’est donc pas déraisonnable de vouloir économiser 300,000 $ par année en éliminant les trajets sous-utilisés. En fait, c’est quelque chose qui aurait dû changer il y a plusieurs années.

Il serait utile d’examiner les autres façons que la compagnie pourrait réduire ses coûts dans le but de devenir autosuffisant. Ou, peut-être même explorer des options plus efficaces pour offrir ses services de transport. Dans une entreprise privée, détachée de l’influence du gouvernement et les conséquences partisanes qui l’accompagnent, ces propositions sembleraient très sages. Je ne veux pas me plonger dans le débat concernant la valeur des corporations de la Couronne, mais plutôt d’illustrer le rôle des idéologies dans la réponse du public dans les affaires courantes. Le fait d’être affilié à un parti politique — peu importe lequel — a tendance à beaucoup influencer la façon dont le public perçoit les décisions politiques.

Se fonder sur les politiques d’un parti au lieu de tenir compte des implications peut certainement nuire aux améliorations. Si les décisions sont critiquées pour des raisons uniquement politiques, l’effort consacré au développement de meilleures solutions ne devient que de la rhétorique qui rejette les propos intelligents. Opposer sans vrais buts crée des divisions inutiles dans l’atmosphère politique et empêche la mise en oeuvre d’améliorations au sein de la société. L’opposition fondée sur les inquiétudes sincères, par contre, est un atout légitime pour le processus politique. Si notre direction politique pouvait plutôt fonder leurs décisions sur des analyses objectives, il est possible que nous pourrions réduire l’apathie générale de notre société à l’égard de la politique et que nous pourrions créer une culture politique basée sur le progrès et les résultats concrets.

Comments are closed.

More News